Les Émirats Arabes Unis, entre démesure et tradition.

Les Émirats Arabes Unis, entre démesure et tradition.

Ils se nomment Sharjah, Ajman, Dubaï, Abu Dhabi, Ras-al-Khaïmah, Fujaïrah, ou Umm al Quwaïn ; 7 états, qui, ensemble, composent les Émirats Arabes Unis.

Plus ou moins autonome, chacun d’entre eux est régi par un émir différent, le pouvoir étant transmis de manière héréditaire. Si les 5 territoires dits États du Nord échappent au tourisme de masse, Dubaï et Abu Dhabi font eux les gros titres de la presse internationale depuis de longues années déjà, pour leurs ambitions démesurées laissant libre cours à toutes les excentricités.

D’autres encore, comme Fujaïrah ou Ras-Al-Khaïmah, font figure de valeurs montantes pour les prochaines années, chacun à leur manière.

Dubai et la folie des grandeurs

Dubaï, c’est l’histoire de la transformation incroyable d’un petit port de pêche traditionnel, perdu entre le Golfe Persique et un désert aride, en la ville de tous les superlatifs, dont les extravagances architecturales et immobilières ne finissent plus d’étonner.
Du village de pêcheurs du siècle dernier, il ne subsiste que les quartiers anciens de Deira et Bur Dubaï, séparés par la Khor Dubaï, et qui vivent encore à l’heure d’autrefois, entre mosquées d’époque et souks traditionnels, dont le pittoresque marché de l’or.
Le reste n’est que luxe et démesure. Sur 10 kilomètres de côtes bordées de plages artificielles, pour la plupart privées, Dubaï expose aux yeux du commun des mortels ses gratte-ciels de verre futuristes, dont le Burj Khalifah, la tour la plus haute du monde, ses îles artificielles The Palm et The World, qui, vu du ciel, forment au milieu des eaux turquoise du Golfe Persique l’image d’un palmier et d’un planisphère, ses gigantesques centres commerciaux, le Dubai Mall, ou Mall of Emirates, abritant boutiques chics et pistes de ski indoor, ou encore ses hôtels de luxe, à l’image du palace 6 étoiles Burj-Al-Arab ou de l’emblématique Atlantis the Palm.

Abu Dhabi, entre tradition et modernité

Alors qu’on la relègue souvent au second plan, au profit de son extravagante voisine, Abu Dhabi reste, grâce à ses ressources en hydrocarbures, le centre économique du pays, avec plus de 60% du PIB.
Alors que Dubaï fait dans l’ultra-modernité, Abu Dhabi se montre de prime abord plus classique et traditionnelle, à l’image de l’extraordinaire hôtel Emirates Palace, ou de son joyau d’architecture, la magnifique Mosquée Cheikh Zayed, la plus grande structure en marbre du monde. La nature y est également plus présente, avec le Mangrove National Park, les réserves animalières de l’île de Sir Bani Yas, ou les splendides oasis de Liwa et Al-Ain, perdues au milieu du désert.
Cela dit, la capitale a entrepris de nombreux projets de grande ampleur, notamment dans les loisirs, avec le parc à thèmes Ferrari World, mais aussi la protection de l’environnement, avec la fondation prochaine de Masdar City, première ville entièrement écologique au monde, ou encore la culture, avec les ouvertures prochaines du Louvre Abu Dhabi et de la Fondation Guggenheim.

Fujairah et Ras-Al-Khaimah, les petits états qui montent

Regroupés sous l’appellation les États du Nord, les 5 autres territoires restent encore en retrait par rapport aux deux géants que sont Dubaï et Abu Dhabi. Mais si Umm-al-Qwaïn, Ajman, et la très conservatrice Sharjah ont pour le moment peu à offrir aux voyageurs étrangers, à l’exception de quelques hôtels de luxe en bord de mer, Fujaïrah et Ras-Al-Khaimah semblent miser de plus en plus sur le tourisme.
Fujaïrah, seule ville principale des Émirats à donner sur le Golfe d’Oman, offre les seuls paysages de montagnes du pays, propices à la randonnée, ainsi qu’un excellent spot de plongée, à Dibba.
De son côté Ras-Al-Khaïmah se distingue par ses plages de sable blanc, d’où émergent de nombreux hôtels internationaux, mais aussi par la création de zones franches libres d’impôts, favorisant de fait le tourisme et l’arrivée massive d’entreprises dans la région.

 

Photo : Pixabay

Chloé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.